Les urgences – Blog de Papa Lion

Il faut reconnaître qu’il a un peu fait le con dans la salle de sport, rien qu’en y entrant. Quelle idée. Il n’en pratique aucun. Rien n’haltère le plaisir de faire semblant. Il fait le con avec sa sœur, se désaltère un brin et reprend la fonte, il prépare l’été ? Monsieur Lego lève l’haltère et go, l’haltère et son alter ego s’entrechoquent. Entre les deux, tandis que je bois l’apéro en haut, un doigt s’intercale et c’est l’éclate.

On hurle en bas. C’est tout rouge, le sang qui ne fait qu’un tour. Nous partons en toute hâte aux urgences d’Apt.

Dans la salle d’attente, que des gens en apparence bien portants. C’est important, nous passons devant, le lange d’ange rouge sang nous fait passer devant. Que s’est-il passé ? Ben, Madame, avec un haltère…Il faudrait faire un peu de couture, un point c’est tout. Un ou plusieurs. L’infirmière assure et rassure et réassure que tout ira bien. Pompe quand-même le gaz hilarant, je ne me marre pas encore. Il repousse le masque. Tous ces praticiens en Crocs, c’est bien la seule chose hilarante dans cet hôpital pas Hill-top. Arrive un urgentiste flanqué d’un foulard de pirate et percé de partout. Fêlé en gros. Je suis tout à fait rassuré. Qu’est-ce que t’as fait bonhomme ? Ben, des haltères tout ça. L’ange est pâle comme un linge. Le lange prêté à son insu par la petite cousine est imbibé. L’urgentiste allume la télé en toute urgence. Ce n’est pas bon signe. C’est Gulli. A cette heure, des ados s’inventent des histoires d’amour, je sens bien que mon fils s’en fout, il préférerait qu’on éteigne. Ca me rappelle ma première nuit d’hôpital, il y a bien longtemps. Je pleurais de douleur, mon partenaire de cellule regardait le Bigdil. Vincent, la grosse gaffe.

Il faut recoudre, mais d’abord l’anésthésiste doit revenir à l’hopital. Elle vient de rentrer chez elle mais n’habite pas loin. Je sens que je vais me faire engueuler. Elle anesthésie à même la plaie. Je tiens la main, enfin l’autre, je caresse tous les cheveux. Qu’ils sont clairs ! Les quatre premiers points s’alignent, je suis digne, mais au cinquième il geint. A jeun, je pâlis à mon tour, m’assieds aussi, mon fils me tient la main, ça va.

C’est fait c’est fête. Le pirate s’éloigne, nous éteignons la télé.

Nous rigolons un moment. Une très vieille dame passe sur un brancard. Il me demande où elle va. Oh ben ça tu sais…je ne sais pas.

La dernière phalange est une houppette. Elle était une houppette. Elle est en sale était. Refaire du piano ? Pas de suite. L’enfant encaisse. Réécrire ? Pas de suite non plus. L’enfant jubile. Tranquille la dictée, comprends-je. Nous partons, je l’attache dans la voiture, ce serait idiot tout de même. Je lui couperai sa viande, le laverai le bras levé, nouerai ses lacets.

Nous rentrons. Mon fils n’a pas faim mais il se ressert deux fois de ces bonnes pâtes au tonton.

Nous rentrons même chez nous. Rencontrons un ponte qui se fout un peu de moi. Je dois être nerveux. Le piano ? Il en rejouera dans un mois ! Les points ? Il faut les ablater. Trop d’ablabla, me dit cet homme-là. Je suis bien rassuré. Mais pour le sport, décidément, c’est mal engagé.

3 réflexions sur “ Les urgences – Blog de Papa Lion ”

  1. Rosette a eu un peu la même aventure mais au petit doigt de pied. Quand son papa a vu la chose ensaglantée , il a decidé de me remplacer dans la voiture pour les urgences. Retrait de l’ongle au scalpel sans anesthésie.
    Gloups. Bon courage au pianiste privé de dictées…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.