Archives pour l'étiquette CE2

Les élections au CE2 – Blog de Papa Lion

Urne blog de Papa Lion

Son programme est simplissime, qu’on vote pour lui puisqu’il est poli, sage et qu’il respecte les adultes. Ca peut prêter à sourire et j’avoue me tordre de rire et de plaisir en voyant son affiche. Je fais chauffer la photocopieuse pour la campagne électorale mais c’est inutile: cette campagne, elle est qu’orale, m’explique-t-il.

Puis je réalise qu’une personnalité politique polie, sage et qui respecte les adultes, on n’en a jamais vue. Quel génie. Alors je soutiens sa campagne en mettant mon petit QI au service de son petit QG. Si j’étais en CE2, je voterais pour lui, lui dis-je. Il lève les yeux au ciel : non Papa, il faudrait que tu votes pour Anna. Mais pourquoi ? Parce qu’elle était déjà députée au CE1.

Bon je m’énerve et je lui explique qu’on voit toujours les mêmes en politique et qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre et que le changement ce ne sera décidément jamais pour maintenant si on ne confie pas les responsabilités à des petits gars polis, sages et qui respectent les adultes mais je lis dans son regard quelque chose du goût de « je vous demande de vous arrêter » alors j’arrête. Je reprends un peu quand j’apprends que lui-même ne votera pas pour lui-même. « Mais tu voteras pour qui banane ? – Ben pour Eliott, parce que lui personne ne le connaît et il risque de finir bredouille. »

La semaine passe et la campagne électorale aussi. J’imagine la campagne électorale de Grand Frère Lion, je pense très fort à Edouard Balladur dans le métro parisien. Je suis en 1993.

C’est vendredi et nous y sommes. Mon fils n’a pas l’air particulièrement nerveux. Il enfile un jogging, je trouve ça classe et inédit.

Et puis comme c’est vendredi nous nous disons au revoir à l’école le matin, un au revoir de sept jours, ceux-là qu’on se promet de faire passer mais qui ont du mal à passer et qui font paraître bien lourde la grande porte en métal. « Clang », je pars en courant me cacher dans ma voiture. Avant cela la bonne humeur est un peu exagérée dans la voiture et je suppose que les enfants comprennent que quand la musique est encore plus forte que d’habitude, qu’on monte sur les chaises et que Papa regarde beaucoup le rétroviseur, c’est que c’est vendredi dans ma tête.

La soirée électorale bat son plein mais mon député en herbe est chez sa maman. J’appelle. « Bon alors coco t’es député ? ».

Ben non, il n’est pas député. Pas dépité non plus, plutôt l’air de s’en foutre. Il se dit toutefois étonné de ne pas avoir été élu, en toute humilité. Anna a été élue avec quatre voix. Mon fils n’en a obtenu qu’une.

« C’est bien, t’as un copain qui a voté pour toi. »

Non plus, parce qu’il a finalement voté pour lui-même. Dans un éclair de lucidité façon BVA Harris , Grand Frère Lion m’informe que personne d’autre n’a voté pour lui, du coup.

J’ai envie de lui dire qu’ils sont tous cons, qu’Anna est corrompue, que la France va mal. Pour ne pas l’embarrasser je me contente de l’embrasser puis je raccroche en me félicitant d’avoir un petit bonhomme poli, sage et qui respecte les adultes.

Halloween – Blog de Papa Lion

StampaMon fils me demande pourquoi le chien du vigile est ainsi muselé. J’explique, c’est un berger allemand mais l’enfant trouve que ça n’a ni queue ni tête, enfin si, mais que ça n’a pas la tête de son emploi, je l’entends déjà me dire qu’il a plutôt l’allure d’un vigile clermontois et que c’est de son chien qu’il parle. Toujours est-il que les voleurs peuvent bien s’envoler : ils ne sont pas près d’être mordus. Justement, je lui explique que c’est dissuasif, je lui dis « tu n’iras pas voler si tu vois que le gardien a un chien potentiellement méchant » et là c’est moi qu’il trouve méchant : il n’irait jamais voler.

Nous revenons de la fête d’Halloween et sommes donc sur le parking de la grande surface, genre 1000 mètres carrés. Mon bébé cadum fait son bébé dans le caddie et Grand Frère Lion n’en démord pas : le chien ne mord pas s’il est muselé. Nous achetons quelques légumes et faisons l’impasse sur les bonbons car cet après-midi, à la fête d’Halloween, c’était Haribowin.

Mais dans la voiture la conversation passe de la citrouille au chien qui fout la trouille. Je lui explique qu’on met un gros chien méchant pour faire peur aux voleurs et qu’on lui met une muselière pour rassurer les papas, et qu’il vaut mieux que le gardien tienne en bout de laisse un berger allemand muselé qu’un caniche aux ratiches de lait.

Un ange passe au loin et le feu au vert.

« Et un caniche avec une muselière ça fait quoi ? »

Punaise pétard peuchère cet enfant est opiniâtre ce que la citrouille est à l’oween. Déjà la pinata n’a pas loupé : et ça sert à quoi de casser une boule, et c’est dangereux on peut se prendre un coup, et autant manger directement les bonbons dans leur sachet et sachez que les bonbons ça colle, entre autres des caries. A la chasse aux bonbecs fallait les voir, sa sœur et lui, main dans la main, plantés au milieu du jardin quand leurs copains, tous au charbon et tous azimuts, chassaient les fraises tagada dans les framboisiers d’la tata. La mamie de la copine leur en a mis dans les mains, comme de bien entendu mais ni vu ni connu. Il est venu me demander s’il pouvait en manger.

Mais oui, croque-le, mon sucre ! Allo ! Oui, c’est Halloween !

Halloween, Grand Frère Lion croyait en être revenu mais en revenant je comprends que son avis a changé sur la question : il vient de passer un bon après-midi chez sa copine québécoise qui en connaît tout un rayon, surtout celui des sucreries, et qui a eu la bonne idée de décorer le mazet de sa mamie de crânes et de momies. Mazette, la fillette un peu crâne a réussi son coup. On s’est jamais autant marré le jour de la fête des morts.

Non vraiment, sinon cette histoire de chien qu’on empêche de mordre, c’était une bonne journée.

La réunion parents maîtresse – Blog de Papa Lion

tequilaLe plus dur dans le métier d’enseignant c’est les réunions parents professeurs de ses propres enfants. C’est comme le boulot, mais en plus pénible. La directrice n’a pas manqué d’indiquer ma profession à l’assemblée des autres parents et ça m’a mis mal à l’aise. Et puis elle a parlé de la charte de la laïcité et le malaise s’est accru quand elle m’a demandé, alors que je n’écoutais évidemment pas, « que pensez-vous de la laïcité Monsieur Lion » ? J’ai bredouillé « Ma foi… ». Ca commençait mal.

La maîtresse est super jeune et dynamique, je me demande comment on peut être aussi dynamique pour les parents à 17:30. Elle a passé des C’est pas sorcier à ses élèves toute la journée pour garder du jus, ou bien elle se drogue, ou alors elle est juste dynamique. Du coup j’ai essayé d’être dynamique lors de ma réunion à moi, devant les huit parents d’élèves (record battu) qui avaient eu la délicatesse de s’y déplacer, je ne suis pas sûr d’avoir fait aussi bien qu’elle. Ah si, quand la mère de je ne sais plus laquelle m’a informé que sa fille n’irait jamais à la piscine, là je suis devenu tellement dynamique qu’elle est partie et ils n’étaient plus que sept, nouveau record à battre.

La maîtresse de Grand Frère Lion avait préparé un powerpoint presqu’aussi dynamique qu’elle : il y avait des puces de partout et des fondus au noir godardiens. « La classe est sympathique, c’est une classe qui bouge un peu mais avec une bonne ambiance » : elle a du métier, celle-là je n’ai notée pour ma réunion à moi. On s’est souri Maman Lionne et moi quand elle a évoqué un de ses élèves qui lit le dictionnaire quand il a fini son travail, c’était de loin le meilleur moment de la réunion. Quand elle a parlé d’îlots j’ai rêvé de vacances mais quand elle a évoqué le cycle rugby j’ai pensé à mon fils, son dictionnaire à la main, broyé entre Kevin et Nolan. L’animateur s’appelle Fabrice et c’est le moment qu’a choisi la directrice pour m’extraire de mes rêveries : « Fabrice, vous le connaissez sans doute, Monsieur Lion ? ». C’est fou cette manie d’interroger les élèves quand ils bâillent. « Fabrice ? Oui, c’est un excellent pédagogue. » Je ne sais pas ce qui m’a pris : Fabrice, je ne le connais pas, sans doute un gros balaise qui va au contact comme on dit probablement dans le métier et qui va forcer mon fils à manger des fourchettes dans la mêlée. Lui qui ne sait même pas tenir ses couverts et qui déteste le contact.

Le powerpoint et les projets de l’année, c’était plutôt intéressant. J’ai cru que c’était fini mais elle a donné la parole aux parents pour la sempiternelle séance de questions réponses. J’ai noté sur ma petite feuille : « penser à ne pas donner la parole aux parents ». La pauvre, elle a eu des questions qui tuent. La meilleure a été « Et les récrés, ça se passe comment ? »

Mais comment peut-on répondre à ça ?

Elle a gardé son calme : « 2 adultes en permanence, sous le préau quand il pleut, c’est écourté quand il fait très froid et ça se passe plutôt bien.

– Non parce que ma fille l’autre jour elle m’a raconté… »

J’aurais voulu qu’elle réponde que les récréations durent plus d’une heure, qu’on fournit les pierres très lourdes pour qu’ils se les jettent à la tronche, qu’on boit des tequilas au chaud pendant qu’ils jouent en t-shirt sous la pluie et qu’on les désinfecte avec les fonds de verres.

Et puis la réunion s’est terminée. Grand Frère Lion nous a demandé ce que la maitresse nous avait appris, j’ai trouvé ça mignon. On ne lui a pas dit, pour le rugby, laissant le soin à la pédagogue de lui annoncer la bonne nouvelle.

J’ai raccompagné Maman Lionne et les enfants. Bébé Lionceau m’a demandé s’il fallait vraiment que je rentre chez moi. J’aurais eu besoin de pédagogie ou d’un powerpoint avec des puces. Mais il n’y a eu qu’un fondu au noir godardien.