Archives pour l'étiquette chambre

La classe découverte – Blog de Papa Lion

C’est l’Aven d’Orgnac et ça brille comme à la boum.

Grand Frère Lion qui part en classe de découverte c’est un événement dans une vie alors pour sa production d’écrit du lundi il a écrit dans son cahier qu’il n’était pas très motivé et que la perspective de partir une semaine loin de sa maman de son papa et de sa petite sœur, « ça ne lui allait pas trop ». Puisque c’était écrit sans erreur, dans la marge, la maîtresse a noté « TB ». Très bien, très bien, fallait le dire vite : nous n’étions pas rassurés.

Ils ont constitué les chambrées en classe, chaque élève devant proposer deux copains. Grand Frère Lion a indiqué qu’il voulait bien dormir avec E. et L., mais comme L. a préféré être avec S. et que E. a souhaité partager une chambre avec Y., notre petit garçon s’est retrouvé avec quatre copains qui n’en étaient pas. Mais il avait l’air de s’en foutre un peu. Je crois qu’il n’a pas vraiment de copain, alors du coup ça n’avait pas d’importance.

Il s’est montré finalement plutôt partant à l’idée de partir. Je lui ai sorti une valise, sa maman l’a remplie. Il a glissé un doudou dedans, un koala qu’on a naïvement nommé John et qu’on a toujours affublé d’une origine australienne, du coup il parle avec un accent australien, mais je ne connais pas bien l’accent australien alors disons qu’il a un accent british et qu’il ne connaît pas tous les mots, on le fait souvent parler ce doudou, depuis que Grand Frère Lion est né et maintenant qu’il a neuf ans ce doudou continue de lui parler, souvent, avec son accent mal bricolé et les mots qui lui manquent. J’ai dit à mon fils qu’il serait sans doute le seul à avoir un doudou et qu’il fallait peut-être le laisser dans le rabat de la valise et ne le sortir qu’en cas de chagrin mais non, à ce moment-là autant ne pas l’emmener, et comme ne pas l’emmener c’était ne pas partir, ben John serait du voyage et resterait pendant la journée sur son oreiller, comme à la maison, comme à les maisons.

Il y a eu un blog de classe, c’était sympa, on a pu voir notre fils en virée avec ses copains, enfin avec ses camarades de classe. Pas de photo de John, mais plein de photos de tous ces mômes bientôt grands qui prennent la pose en faisant le V de la victoire. Des mamans bizarres ont laissé des messages bizarres et un peu culpabilisants : « tu me manques Machine », dans ce goût-là. J’ai eu envie de commenter les commentaires mais j’ai fermé ma tronche et mon ordi. Pourtant mon fils me manquait. J’ai croisé une maman un matin en déposant ma fille, je lui ai demandé si ça allait, elle m’a dit que sa fille lui manquait, et qu’une semaine sans elle c’était dur. J’ai bafouillé que tout cela  était question d’habitude.

Le jeudi, c’était boum. Un événement de la plus haute importance pour la plupart des enfants, plus important en tout cas que l’Aven d’Orgnac ou la grotte de la Salamandre. Pour notre petit grand garçon, la boum, c’était plutôt la corvée. Comme la maîtresse avait informé les familles qu’on pouvait s’y déguiser, Grand Frère Lion a emmené son déguisement de pompier. Je ne suis pas sûr qu’il ait fait beaucoup de conquêtes à la boum. En tout cas, d’après ce que j’ai compris, c’était le seul enfant déguisé. C’est pas une préadolescence qu’il nous fait : c’est une post-enfance. Ca me touche beaucoup, ce manque d’appétence profond pour l’adolescence. Je suis fier de lui, de son doudou australien et de son costume de pompier. Et puis des fois ça me fait de la peine. Je m’en fous parce qu’il est beau comme un astre et que le Soleil, il aurait pu l’inventer, mais il y a comme un décalage et les gens décalés ne sont pas toujours très heureux. Je ne suis pas certain qu’avoir Michel Delpech comme idole à neuf ans soit très rassurant.

Je trouve ça séduisant, être précoce et en retard à la fois.

Alors heureux, l’a-t-il été cette semaine ? Il est descendu du bus assez fatigué, il s’est plaint du bruit mais il avait passé une bonne semaine. Nous lui avons demandé si les autres enfants avaient emmené un doudou, mais non, il était le seul. Et qu’est-ce qu’il s’en foutait ! Doudou s’en fout, au mois d’août on mettra les bouts, peut-être à l’Aven d’Orgnac, il se souviendra de tout et ce sera chouette.

Hier soir j’ai taquiné un collègue ami au prénom composé et j’espère qu’il ne l’a pas mal pris, il était le seul déguisé pour le film d’école et j’ai trouvé ça mieux que tout, puisqu’il m’a fait penser à mon fils.

Ma semaine, je l’ai passée seul avec sa sœur, donc pas tout seul. On a passé une chouette semaine, on est allé au jardin mercredi, on le fait souvent mais c’était extraordinaire parce que Grand Frère Lion n’était pas là. Mais enfin il était bien temps qu’il rentre et sa sœur l’a serré très fort, quand il est descendu du bus.

J’aime beaucoup qu’il ait l’air indifférent alors que tout cela le touche énormément. J’aime bien qu’il ait l’air indifférent et qu’il soit si différent. Sa maman m’a raconté une anecdote que j’espère garder en mémoire toute ma vie : quand elle l’a déposé au bus, lundi dernier, un de ses camarades avait une valise énorme. Maman Lionne a demandé à cet enfant pourquoi sa valise était si imposante et le camarade de mon fils lui a expliqué qu’il avait pris plein de pantalons de jogging, un par jour parce qu’il aimait bien se rouler dans l’herbe et qu’il avait bien l’intention de se lâcher sur le jogging boueux pendant cette semaine, ça servait à ça une semaine de classe de découverte. Alors notre fils lui a répondu que c’était un peu pareil pour lui : il avait mis un boxer en plus dans sa valise, au cas où il avait un accident.

Il faut que je me souvienne de m’en souvenir toute ma vie.

 

 

Noël – Blog de Papa Lion

Un bon copain m’a avoué regarder des films de Sautet les années où il fête passe Noël tout seul et j’ai cru comprendre qu’il avait eu le loisir de se cogner la filmographie entière du jovial réalisateur ces dernières années. Je l’embrasse. Il m’a précisé : ça passe ou ça casse. J’espère que ça lui passera.

Bien qu’en hiver, je n’ai pas eu le cœur de tenter l’aventure. Peur de Sautet pour mieux reculer quand il faut aller de l’avant alors j’ai choisi de ranger la chambre des enfants, l’heure étant venue d’escamper les boîtes de Légo. Ca m’a occupé mon 25 et un peu de mon 26, la chambre est propre. Ca durera deux jours. Faut quand même être tordu pour offrir tous ces jouets. L’an prochain je leur offre une tablette, du fric, et qu’ils téléchargent les Angry Birds, ça facilitera le ménage.

img_0560
« allez hop, à la baille ! « 

Noël tout seul ça passe comme une lettre à la Poste. Soit une éternité. Je m’en fous j’ai rangé l’apparte, et puis nous avons fêté Noël avec un peu d’avance, à Pantruche, en famille, c’était bien. On a bûché avant tous les autres. Et comme Bébé Lionceau n’aime pas les bûches, elle bouffe rien ma gamine, mon frère que j’aime s’est régalé deux fois. C’était bien.

A Paris j’ai emmené Grand Frère Lion voir le tombeau de Napoléon. C’est pas très beau et Grand Frère Lion m’a demandé si Napoléon était vraiment à l’intérieur de la grosse praline. Je lui ai dit un peu mon neveu, il a trouvé ma réponse très con. On a regardé la praline du maréchal Lyautey, plus petite mais pas franchement modeste non plus, je lui ai dit que je pourrai jamais me payer un tombeau pareil, ça aussi il a trouvé ça très con, pourtant c’était drôle, alors pour égayer l’après-midi on est allé voir les salles du musée de l’Armée consacrées à la deuxième guerre mondiale.

Il m’a demandé à quoi ça servait, les Invalides. Je lui ai expliqué les invalides de guerre, c’était de plus en plus gai, il m’a demandé si Napoléon était un invalide de guerre. On tournait en rond alors je lui ai proposé de marcher un peu tout droit.

On a remonté en se tenant la main le boulevard des Invalides. Un Père Noël est passé dans une vieille Fiat 500, c’était quand même plus marrant que le Débarquement. Je crois que c’était le meilleur moment des vacances.  Peut-être le meilleur moment de ma vie. Je savoure les balades que je fais en tenant la main de mon fils car il faudra bien qu’il me lâche la grappe un jour. Il a beau dire le contraire, il repoussera ma main bientôt. Il dit qu’il habitera toujours chez moi et chez sa maman et qu’il faudra toujours lui tenir la main dans la rue, mais enfin. Je ne crois plus au Père Noël.

A Paris les enfants ont vu Montmartre, la Tour Eiffel, les vitrines de Noël et quand j’ai dit à Bébé Lionceau qu’avec son frère on avait croisé le Père Noël dans une Fiat 500, elle était un peu dégoutée. On a ressorti les Légo de quand on était petits et on a lu des Journal de Mickey de 1985. Grand Frère Lion s’est demandé ce que ça pouvait bien être, Disney Channel, le samedi à 20h00.

A Paris j’en ai profité pour rencontrer des enseignants qui tiennent des blogs, le genre qui bossent même en vacances, d’ailleurs je les embrasse, et j’ai vu mes vieux poteaux et eux je les embrasse deux fois plus tellement je les aime.

A Paris, je me suis demandé pourquoi mes parents m’ont prénommé Vincent. Et puis je me suis souvenu : peu avant ma naissance, ils sont allés voir Vincent, François, Paul…et les autres. Je crois que c’est un film de Claude Sautet.

La classe découverte – Blog de Papa Lion

capture-decran-2016-11-25-a-19-49-19

Je tends à mon épicier des sous et du bout de gras à tailler : « alors, bientôt la quille ? ». Il demande « c’est où la quille ? ». Je lui rappelle notre dernière bavette : la Thaïlande, fin novembre. Parce qu’on est fin novembre, là. Commerce de proximité convivialité, réveille-toi Ponpon ! Il part dimanche. Il me dit qu’il a 7 heures de décalage horaire. Je dois prendre l’air connaisseur pour qu’il me demande : « c’est bien non 7 heures ? » Je lui dis que oui, c’est pas mal, 7 heures, je lui souhaite un bon voyage en Thaïlande et repars avec mes yaourts bulgares. On fait les voyages qu’on mérite qu’on peut.

Y’en a un qui va se payer un beau voyage, d’ailleurs c’est nous qui allons le lui payer, c’est Grand Frère Lion et sans décalage horaire. Il part en classe de découverte en Ardèche. La première réunion avait lieu hier, on a chambré les maîtresses en chambrées et réveillé nos souvenirs de veillées. Ils vont faire de la spéléologie, c’est bien, julevernien, on a quand même touché le fond de l’abîme quand des mamans fillonistes se sont emparées du micro et du sujet qui fâche : le téléphone portable, parce que quand même elles voudraient bien téléphoner à leur enfant, j’ai trouvé la maîtresse formidable, je ne sais pas si elle l’avait préparée avant, celle-là, mais elle leur a bien cloué le bec : « pas sûre que ça capte dans l’Aven d’Orgnac ». Du coup les questions diverses et avariées se sont recentrées sur l’essentiel : l’hôpital le plus proche, l’emplacement précis des maîtresses dans le couloir, l’insécurité à Méjannes-le-Clap. Je me suis senti en danger, j’ai pris mes enfants sous le bras et je suis parti.

Dans ma bagnole Grand Frère Lion a reconnu un regain d’enthousiasme pour ce premier voyage en collectivité : c’est l’Aven – ture ! Bon mot mal an le petit homme qui est quand même encore et pour toujours dans mon cœur un tout petit garçon me demande si les copains se moqueront de lui quand ils verront son doudou.

Ben quoi il a de la gueule ton doudou, c’est un éléphant qui t’a été offert par tes grands-parents, un vrai éléphant qui a déjà bien baroudé et qui sait gober les petites angoisses, faudra voir la tronche des doudous des autres là, les CM1 qui jouent aux hommes. J’ai de plus en plus de mal à supporter les brutasses du cycle 3.

En fait j’espère qu’il ne sera pas le seul à emporter un doudou. En réalité, j’aimerais bien qu’il délaisse un peu son doudou en rentrant de sa classe découverte. Pour de faux je lui jouerai le clin d’œil complice quand il montera dans le bus. Pour de vrai je pleurerai ma mère quand je monterai dans ma bagnole.

De droite, vraiment ? Blog de Papa Lion

capture-decran-2016-10-08-a-18-43-50

Un canard féminin, donc une cane qu’il m’arrive de feuilleter, moi l’homme, depuis que j’enseigne la théorie du genre à mes CP titre ce mois-ci : « Les enfants sont-ils de droite ? ». Ah oui tiens, la question du curseur politique des moins de dix ans mérite d’être posée. A question cane réponse conne : un peu oui et puis un peu non aussi. Je m’explique. Tentant d’initier ma fille à la prose de Saint-Exaspérant et au dessin animalier, je lui ai un jour demandé entre la poire et le babybel : « dessine-moi un mouton ». Notez que le ton de la demande confinait à l’injonction et déjà ma fille choisissait à dessein ses crayons à dessin eux aussi. Le mouton fut énorme et tenu en laisse, et c’est là que s’est révélée la tendance politique de ma jolie chérie : la princesse qui tenait la laisse était vêtue d’une robe immense et chaussait à chaque pied un escarpin pointu(re) 54. Elle portait une couronne arrogante et le prénom de ma fille. Ma fille n’avait pas choisi de dessiner n’importe quel mouton : elle avait dessiné le sien, celui d’une princesse bling bling qui considère que si à 5 ans on n’a pas de mouton, c’est qu’on a raté sa vie. Alors de droite oui, carrément, genre droite pas partageuse, elle a par exemple un papa et son papa c’est rien que le sien et sa maman c’est pareil, alors elle partage avec son frère sans quoi y’a monopole et tout un tas d’emmerdements mais n’envisageons pas le moindre service public des câlins : y’a des enfants qui n’ont pas accès à la tendresse eh ben tant pis, c’est comme ça, c’est la loi des hommes et il faut bien être le riche de quelqu’un. On ne peut pas accueillir toute la misère du monde dans le P3 de Papa ! Et ça capitalise, ça fructifie et ça en veut toujours davantage, parce qu’on n’a pas fait sur la joue ou sur le front ou qu’on n’a pas serré assez fort.

De droite aussi mon fils, self-made young man quelque part entre deux Donald, Trump et Duck, il fait du vélo tout seul, il lit tout seul, il passe ses après-midi tout seul et ses devoirs il les fait tout seul. Petit épargnant de ficelles scoubidous mais grand propriétaire de légos, c’est une fortune non négligeable qu’il accumule dans la chambre qu’il partage à désarroi aussi grand que sa sœur est petite. Le futur Picsou construit en Kapla des coffres forts qu’il m’est interdit de piétiner et bonne chance pour accéder à la salle de bains en pleine nuit. Que personne ne vienne piétiner ses plates-bandes. Alors bien sûr il fricote avec la plèbe : ses meilleurs copains sont le lego éboueur et même le lego pompier, un fonctionnaire dîtes ! Plus tard il sera médecin pour prescrire du Pivalone mais que les choses soient bien claires, ce ne sera plus remboursé. De bonne heure mon Bonheur veut qu’on lui serve un lait pas trop froid pas trop chaud pas trop tiède non plus et le pain de mie sera sans croûte. C’est de droit et de droite, donc.

Toutefois la politique est indécise. C’est le domaine des indécis heureux. A ce titre mes enfants sont aussi un peu de gauche, enfin parfois.

L’autre jour je rapportais à mon fils qu’un de mes élèves passait ses journées dans la rue avec des parents qui l’aident à réviser sa numération : 1664, 8,6. C’est dégueulasse de lui raconter des trucs pareils d’ailleurs il a bien culpabilisé 5 minutes d’avoir un papa qui boit des bières de luxe et c’est ça qui fait son côté de gauche : mon fils a de la compassion 5 minutes. Je crois bien qu’il l’aurait invité dans sa chambre, mon petit élève, et peut-être même qu’il aurait eu droit à jouer au lego, au moins le lego éboueur. Mauvais blague à part Grand Frère Lion est plutôt de gauche à bien y réfléchir : gauche tendance baba-cool, faut voir sa tête quand je lui propose d’acheter un nouveau pull, ben c’est pas la peine j’en ai déjà un, ben c’est pas grave s’il est un peu juste, ben de toute façon ce sera bientôt l’été, ben oui mon coco on a qu’à porter du 4 ans toute sa vie. Mon fils est un apôtre de la décroissance : on consomme trop, d’ailleurs on ne devrait pas manger autant, quel gaspillage, du coup à table c’est trois petits pois maximum pour pas abuser, la peau sur les os c’est bien assez et pourquoi donc prendre la voiture pour aller par ci par là quand on est si bien chez soi ? Il est écolo avec ça, quand je mets mon pot de yaourt dans la poubelle noire ça le rend Vert. Sa sœur est pire : elle a su lire BIO avant papa et maman, on ne se vantera pas que tout cela s’est passé en moyenne section, ben non il ne faut pas se vanter de ce genre de choses, on est de gauche mais modeste, ma fille c’est la gauche caviar quoique le caviar ça la ferait pas trop rêver, disons plutôt gauche chocapic : elle voudrait que tous les enfants soient heureux mais dans le petit panier de son vélo rose y’a qu’une place et c’est celle de son ours à elle, nabab parmi les parias.

Mes enfants seraient-ils centristes ? Centristes autocentrés, ce sont des enfants, leurs caprices c’est le caprice des dieux et j’espère qu’ils découvriront le plus tard possible les bêtises qu’on a tort de lire dans les mensuels.

(Ca me rappelle un article qui date d’une autre vie et donc d’un autre blog, disparu à jamais, mais dont voici une trace puisque c’est le sujet passionnant du jour, alors ça date de septembre 2012 et je me suis donc posé deux fois la question de la politique en quatre ans ce qui fait déjà deux fois de trop :

« Nous rentrons de l’école, nous marchons dans la rue. Grand Frère Lion me désigne un truc à gauche. Pas du doigt : il me dit de regarder à gauche, parce qu’il y a un truc. Je regarde à gauche. Rien. En fait, c’était à droite.

Je me dis que mon fils ne distingue pas encore bien sa gauche de la droite. Je lui explique que sa main droite est celle par laquelle il tient son crayon. Il me répond qu’il n’a pas de crayon dans la main.

Je rentre chez moi. Je rapporte cette anecdote à Bébé Lionceau, toute occupée à sortir tous les DVD de leurs boîtiers. Elle ne m’écoute pas. Je devrais la gronder. Pas pour les DVD, ça fait longtemps qu’elle les a rayés. Je devrais la gronder parce qu’on écoute son papa.

Alors je raconte cette histoire à Maman Lionne. Elle s’en fout, elle à qui il arrive également de confondre la droite et la gauche. Les lions ne font pas des chats.

Alors je me la raconte à moi-même et je repense à mon fils ; je me dis que ce n’est pas grave, confondre droite et gauche. Sauf qu’un jour, totalement, tendrement, tragiquement, mon fils demandera à son père s’il est de gauche ou de droite.

Celles de l’hémicycle, j’entends.

Alors, je me suis posé la question.

Je suis fonctionnaire ascendant enseignant. Je suis fier d’exercer un métier d’intérêt général. Je suis donc de gauche.

J’ai mis mes enfants dans le privé, parce que l’école publique de mon quartier pourri a une très mauvaise réputation. Je suis donc de droite.

Je crois au service public. J’aimerais plus d’Etat et je me désespère de voir l’enseignement, l’hôpital, la Poste désorganisés par les objectifs de rentabilité. Je compte la sécurité sociale parmi ce que nous avons de plus précieux en France. Je suis fier de payer des impôts. Je suis donc de gauche.

Je trouve qu’il y a trop d’assistés. J’aimerais bien payer un peu moins d’impôts, quand même. Je suis donc de droite.

J’aime Houellebecq, Céline, Drieu la Rochelle. Je serais d’extrême droite.

J’aime aussi Sartre. Je suis donc communiste.

Parmi mes meilleurs souvenirs d’enfance figurent les JT de Bruno Masure. J’étais déjà de gauche.

Parmi ces souvenirs, il y a aussi les émissions de Collaro (même pas honte), les matches de foot commentés par Roland et Larqué (même pas honte), les sketches de Michel Leeb (un tout petit peu honte). J’étais déjà de droite.

Je suis très attaché au respect des règles de la République. Aux règles de façon générale. J’aimerais qu’on applique le code pénal à la lettre. Je crois que respecter les règles, c’est être digne de la République dans laquelle on vit. Je suis de droite.

J’ai doublé par la droite. Je suis de gauche.

Une citation de Jean-Luc Godard se glisse dans cet article, faisant de moi un blogueur intello de gauche.

J’adore, j’adore mille fois le sketch de Bigard, La Chauve-souris. « Bon, admettons ». Je suis un blogueur populo de droite.

Dans mon métier, je suis conservateur. Ma pédagogie est assez transmissive, je l’assume et le revendique ; mes règles de classes sont à l’ancienne. Je ne pense pas qu’avoir mis l’élève au centre des apprentissages ait été une bonne chose. Un élève qui a des difficultés familiales n’a pas davantage le droit de se tromper ou de faire chier le monde qu’un autre. Je suis très conservateur, voire réactionnaire. Je suis très de droite.

Dans mon métier, je trouve que nous ne sommes pas assez. Il faut recruter des enseignants. Payer des enseignants n’est pas une dépense, c’est un investissement. Je suis donc de gauche.

Dans mon métier, il y a un paquet de planqués, de glandeurs. De nombreux enseignants sont des tire-au-flanc. Je pense qu’il faudrait les virer. Je suis contre la sécurité de l’emploi. Pour penser cela, je dois être de droite.

Oui mais je considère l’instruction comme le meilleur vecteur de réussite sociale. J’y crois. Je voudrais qu’à niveau égal, tout individu ait les mêmes chances. Je crois au mérite. Je voudrais que mes enfants réussissent par l’effort et non par l’argent. Je suis républicain. De gauche.

Que les chefs d’entreprise qui créent de l’emploi et donc de la richesse soient bien payés, très bien payés, ne me choque pas. Au contraire. Je trouve normal, sain, rationnel et juste que le patron vertueux gagne mieux sa vie que l’employé, aussi vertueux soit-il. J’admire l’entreprise, j’admire les entrepreneurs. Alléger les charges patronales ne me paraît pas aberrant. Tiens, je suis de droite !

Oui mais il y a tous ces patrons voyous…Et qu’un balayeur des rues touche le même salaire que moi ne me choque pas. Tiens, je suis de gauche.

Voilà.

Sinon, le truc que mon fils voulait me montrer, à droite là, ben c’était un panneau de signalisation routière. C’est son nouveau dada, les panneaux de signalisation, il voudrait nous en planter un peu partout dans la maison pour ne plus qu’on se rentre dedans. Ce panneau indiquait une interdiction de tourner. Mais alors, de quel côté, ça, j’ai complètement oublié. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le journal intime – Blog de Papa Lion

Capture d’écran 2016-05-11 à 21.10.51Je lis le journal intime de mon fils, c’est mal. C’est bon ! J’y vois beaucoup de points d’exclamation et je lis en narration interne la vie qu’on mène. Du kayak en Ardèche, des loups dans le Gévaudan, des après-midis où l’on fait les devoirs et les sorties avec les amis. Ce journal ne durera qu’un temps mais il a le mérite de le coucher noir sur blanc et c’est plaisant. Grand Frère Lion se rencontre de plein de choses. « Papa, tu te rencontres que Bébé Lionceau ne s’est pas rencontrée que ? ». Je laisse faire, c’est la statue de l’erreur. Au Gévaudan, mon mini-trappeur redoutait de se faire dévorer. Sa sœur envisageait au contraire de caresser les gros chiens. On s’est contenté des meilleures places devant les enclos. La régalade. Je lis aussi que Papa a gardé les sacs pendant qu’il faisait de l’accrobranche, l’envie me prend d’annoter en rouge « et c’est qui qui a paniqué au parcours vert et s’est fait descendre en rappel ? ». Je ne me grille pas. Je reste froid. Des pas dans le couloir : je referme le calepin. Il lui suffirait de ranger ses affaires. J’arrange les miennes comme je peux, j’embrasse deux fois plus que d’habitude égale cent fois plus que nécessaire car demain soir c’est la semaine 20 et donc la semaine sans. Le petit sac bleu en provenance de la rue machin et à destination du boulevard truc est attendu devant la porte d’entrée de sortie. C’est lourd de remplir un sac lourd. C’est dur à porter même en bandoulière. On dit à la semaine prochaine mais on se dit vivement la semaine prochaine. Il faut que je trouve un endroit où accrocher l’affreuse peinture de Bébé Lionceau à l’épreuve du mélange des couleurs et c’est finalement assez marron. C’était le printemps, ça ressemble à l’automne son truc mais c’est quand même beau, à mettre sur le compte de la narration interne. En narration externe c’est plutôt marron. Il y a des légos kapla rangés celui qui les a sortis, je verrai ça demain. Des sillons de dentifrices roses sur le bord du lavabo et le bouchon ad hoc sans doute quelque part dans le petit coin. Pas trop envie de finir les petits suisses à la banane, je truquerai les dates de péremption. Et les courgettes, ben…je ne les ai pas faites. C’est blette. Je laverai les draps, ça sentira bon, ils se jetteront dedans. Tiens on dit des Journal de Mickey ou des Journaux de Mickey ? Les canards de Mickey ? Ah non les canards de Donald plutôt. En deux mots faut ranger.

 

Je me demande tiens si mon fils lira un jour mon journal intime. Quand on est un team on partage ses secrets.

 

Les moustiques – Blog de Papa Lion

Moustique hors saison

Les rougeurs m’ont mis la puce à l’oreille : ma puce à l’oreille pleine de moustiques. Elle a des moustiques partout et j’en conclurais bien qu’il n’y a plus de saison mais je suis las d’enfoncer les portes ouvertes alors je ferme les fenêtres, c’est moins violent, et j’écrase violemment. Les moustiques. Mais ça dérange et ça démange des anges ces foutus moustiques de début d’hiver qui a l’air fin d’été, ce temps. J’ai l’air fin, détestant les crèmes, moi qui n’aime pas passer la pommade aux pharmaciens et qui n’en ai donc pas à passer à ma fille. Elle veut de la crème, je n’en ai ni en tube ni en glaise, rien que des huiles essentielles et le grand frère se bouche déjà le nez. Bon, j’y vais de mon tea-tree for two, tea-tree for you, my love, je m’applique, enfin je la lui applique. Elle aurait aimé que le bouton disparaisse fissa, Papa, alors le fils à papa rit : c’est pas la potion magique d’Obélix !

Un massage gommant à ma sage gamine et j’essuie mes mains puis ses larmes tsunami. Le moustique s’est noyé dans la tempête. Dans ce cas-là le câlin fait la blague, peut-être pas aussi drôle que celle du frangin mais sous les franges y’a un sourire, et sous le bouton épavé la plage. J’embrasse et d’un pas mûr me redirige vers le salon, satisfait que le tea-tree ait eu son petit effet sur ma petite fée.

L’accalmie est brève, il y a un autre moustique sur le bout du nez. Elle me réclame à présent de l’arbre à thé apaisant. Sur le nez ? Non ! J’apaise le pour et le contre, et j’explique qu’on huile essentiellement le corps, mais pas le visage. Nez en moins l’enfant accepte de me laisser aller. Ma grande spécialité.

Je pourrais penser à demain ou à hier mais on me réclame encore. Mon petit chat a un grain. Je suis indispensable. Un indice pensable me met sur la voie du moustique et la voix de ma fille résonne dans l’appartement, dans l’immeuble, le quartier. Je rapplique, je ré-applique, je console. En fait non, j’hurle « quoi encore ? ».

Alors bon, encore un tigre sur mon petit lion ? Non, cette fois il y a une munuscule mouche dans la chambre. Et Bébé Lionceau en a marre de se faire manger. Jamais las mais toujours là, je m’en ressers une munuscule louche.

La RAJE – Blog de Papa Lion

radio-papalion

C’est la musique d’aujourd’hui et de demain que le clone de son père écoute impassiblement et un peu trop fort dans sa chambre qui est aussi celle de sa sœur et ça c’est pas facile à faire entendre, moins en tout cas que RAJE FM, quel drôle de nom, RAJE FM 102.5, la musique d’aujourd’hui et de demain, single leitmotiv pour ne pas penser à hier et je crois que mon fils aux cheveux blondis par le soleil fonce en cette fin d’été. On cherche à s’échapper mais dans le salon c’est ma playlist largement inspirée ces derniers mauvais temps de RAJE FM et du coup c’est un peu la stéréo dans la maison devenue appartement par le truchement des choix de vie mais music is life. Tiens, du rap, ça n’empêche pas le petit grand garçon de chercher des mots dans son dictionnaire et j’espère qu’il n’y cherche pas les mots en uck et en itch de la chanson. Entre le yaourt et la pomme sa pomme fredonne un truc en yaourt, mais si tu connais, ça passe sur RAJE ! J’entends mais je ne vois pas. Dans sa barbe, Grand Frère Lion répète machinalement : RAJE, la musique d’aujourd’hui et de demain. Il n’a plus de CD mais il a la radio. On annonce les promos de rentrée à la Halle aux trucs, il s’impatiente : la pub, la pub ! C’est dans les gènes, mais revoilà du bon son et je lui fais remarquer que c’est pas de la musique de supermarché, ça, Pépère. Il me fait remarquer qu’il n’y a pas de musique dans les supermarchés et me demande pourquoi je l’appelle Pépère, soudain, ben je sais pas moi. Bébé Lionceau a un CD, elle : jamais on a vu jamais on ne verra la famille tortue etc. C’est de la musique d’hier ça ma poule, alors la grande petite fille ou bien c’est l’inverse car son père s’y perd me demande pourquoi je l’appelle sa poule. C’est vrai, me voilà bien familier depuis que la famille est dispatchée. Dyspatchée ? On lit Tintin tiens, ils sont bons les Dupont Dupond, plus nuls tu meurs, on rigole un coup c’est pas tous les jours, enfin si d’ailleurs c’est tous les jours et ça fait briller le soleil qui se couche de plus en plus tôt, foutue fin de mois d’août je ne t’ai jamais aimée. Le temps d’un câlin et ça prend un temps fou, le moyen garçon est à son poste : il rallume le poste qui nous rappelle le subliminal « RAJE FM, la musique d’aujourd’hui et de demain ». Sublime, Grand Frère Lion me dit avec la banane aux oreilles que c’est quand même du bon son, RAJE FM. Je lui suggère de surveiller mon langage.