Archives pour l'étiquette politique

De droite, vraiment ? Blog de Papa Lion

capture-decran-2016-10-08-a-18-43-50

Un canard féminin, donc une cane qu’il m’arrive de feuilleter, moi l’homme, depuis que j’enseigne la théorie du genre à mes CP titre ce mois-ci : « Les enfants sont-ils de droite ? ». Ah oui tiens, la question du curseur politique des moins de dix ans mérite d’être posée. A question cane réponse conne : un peu oui et puis un peu non aussi. Je m’explique. Tentant d’initier ma fille à la prose de Saint-Exaspérant et au dessin animalier, je lui ai un jour demandé entre la poire et le babybel : « dessine-moi un mouton ». Notez que le ton de la demande confinait à l’injonction et déjà ma fille choisissait à dessein ses crayons à dessin eux aussi. Le mouton fut énorme et tenu en laisse, et c’est là que s’est révélée la tendance politique de ma jolie chérie : la princesse qui tenait la laisse était vêtue d’une robe immense et chaussait à chaque pied un escarpin pointu(re) 54. Elle portait une couronne arrogante et le prénom de ma fille. Ma fille n’avait pas choisi de dessiner n’importe quel mouton : elle avait dessiné le sien, celui d’une princesse bling bling qui considère que si à 5 ans on n’a pas de mouton, c’est qu’on a raté sa vie. Alors de droite oui, carrément, genre droite pas partageuse, elle a par exemple un papa et son papa c’est rien que le sien et sa maman c’est pareil, alors elle partage avec son frère sans quoi y’a monopole et tout un tas d’emmerdements mais n’envisageons pas le moindre service public des câlins : y’a des enfants qui n’ont pas accès à la tendresse eh ben tant pis, c’est comme ça, c’est la loi des hommes et il faut bien être le riche de quelqu’un. On ne peut pas accueillir toute la misère du monde dans le P3 de Papa ! Et ça capitalise, ça fructifie et ça en veut toujours davantage, parce qu’on n’a pas fait sur la joue ou sur le front ou qu’on n’a pas serré assez fort.

De droite aussi mon fils, self-made young man quelque part entre deux Donald, Trump et Duck, il fait du vélo tout seul, il lit tout seul, il passe ses après-midi tout seul et ses devoirs il les fait tout seul. Petit épargnant de ficelles scoubidous mais grand propriétaire de légos, c’est une fortune non négligeable qu’il accumule dans la chambre qu’il partage à désarroi aussi grand que sa sœur est petite. Le futur Picsou construit en Kapla des coffres forts qu’il m’est interdit de piétiner et bonne chance pour accéder à la salle de bains en pleine nuit. Que personne ne vienne piétiner ses plates-bandes. Alors bien sûr il fricote avec la plèbe : ses meilleurs copains sont le lego éboueur et même le lego pompier, un fonctionnaire dîtes ! Plus tard il sera médecin pour prescrire du Pivalone mais que les choses soient bien claires, ce ne sera plus remboursé. De bonne heure mon Bonheur veut qu’on lui serve un lait pas trop froid pas trop chaud pas trop tiède non plus et le pain de mie sera sans croûte. C’est de droit et de droite, donc.

Toutefois la politique est indécise. C’est le domaine des indécis heureux. A ce titre mes enfants sont aussi un peu de gauche, enfin parfois.

L’autre jour je rapportais à mon fils qu’un de mes élèves passait ses journées dans la rue avec des parents qui l’aident à réviser sa numération : 1664, 8,6. C’est dégueulasse de lui raconter des trucs pareils d’ailleurs il a bien culpabilisé 5 minutes d’avoir un papa qui boit des bières de luxe et c’est ça qui fait son côté de gauche : mon fils a de la compassion 5 minutes. Je crois bien qu’il l’aurait invité dans sa chambre, mon petit élève, et peut-être même qu’il aurait eu droit à jouer au lego, au moins le lego éboueur. Mauvais blague à part Grand Frère Lion est plutôt de gauche à bien y réfléchir : gauche tendance baba-cool, faut voir sa tête quand je lui propose d’acheter un nouveau pull, ben c’est pas la peine j’en ai déjà un, ben c’est pas grave s’il est un peu juste, ben de toute façon ce sera bientôt l’été, ben oui mon coco on a qu’à porter du 4 ans toute sa vie. Mon fils est un apôtre de la décroissance : on consomme trop, d’ailleurs on ne devrait pas manger autant, quel gaspillage, du coup à table c’est trois petits pois maximum pour pas abuser, la peau sur les os c’est bien assez et pourquoi donc prendre la voiture pour aller par ci par là quand on est si bien chez soi ? Il est écolo avec ça, quand je mets mon pot de yaourt dans la poubelle noire ça le rend Vert. Sa sœur est pire : elle a su lire BIO avant papa et maman, on ne se vantera pas que tout cela s’est passé en moyenne section, ben non il ne faut pas se vanter de ce genre de choses, on est de gauche mais modeste, ma fille c’est la gauche caviar quoique le caviar ça la ferait pas trop rêver, disons plutôt gauche chocapic : elle voudrait que tous les enfants soient heureux mais dans le petit panier de son vélo rose y’a qu’une place et c’est celle de son ours à elle, nabab parmi les parias.

Mes enfants seraient-ils centristes ? Centristes autocentrés, ce sont des enfants, leurs caprices c’est le caprice des dieux et j’espère qu’ils découvriront le plus tard possible les bêtises qu’on a tort de lire dans les mensuels.

(Ca me rappelle un article qui date d’une autre vie et donc d’un autre blog, disparu à jamais, mais dont voici une trace puisque c’est le sujet passionnant du jour, alors ça date de septembre 2012 et je me suis donc posé deux fois la question de la politique en quatre ans ce qui fait déjà deux fois de trop :

« Nous rentrons de l’école, nous marchons dans la rue. Grand Frère Lion me désigne un truc à gauche. Pas du doigt : il me dit de regarder à gauche, parce qu’il y a un truc. Je regarde à gauche. Rien. En fait, c’était à droite.

Je me dis que mon fils ne distingue pas encore bien sa gauche de la droite. Je lui explique que sa main droite est celle par laquelle il tient son crayon. Il me répond qu’il n’a pas de crayon dans la main.

Je rentre chez moi. Je rapporte cette anecdote à Bébé Lionceau, toute occupée à sortir tous les DVD de leurs boîtiers. Elle ne m’écoute pas. Je devrais la gronder. Pas pour les DVD, ça fait longtemps qu’elle les a rayés. Je devrais la gronder parce qu’on écoute son papa.

Alors je raconte cette histoire à Maman Lionne. Elle s’en fout, elle à qui il arrive également de confondre la droite et la gauche. Les lions ne font pas des chats.

Alors je me la raconte à moi-même et je repense à mon fils ; je me dis que ce n’est pas grave, confondre droite et gauche. Sauf qu’un jour, totalement, tendrement, tragiquement, mon fils demandera à son père s’il est de gauche ou de droite.

Celles de l’hémicycle, j’entends.

Alors, je me suis posé la question.

Je suis fonctionnaire ascendant enseignant. Je suis fier d’exercer un métier d’intérêt général. Je suis donc de gauche.

J’ai mis mes enfants dans le privé, parce que l’école publique de mon quartier pourri a une très mauvaise réputation. Je suis donc de droite.

Je crois au service public. J’aimerais plus d’Etat et je me désespère de voir l’enseignement, l’hôpital, la Poste désorganisés par les objectifs de rentabilité. Je compte la sécurité sociale parmi ce que nous avons de plus précieux en France. Je suis fier de payer des impôts. Je suis donc de gauche.

Je trouve qu’il y a trop d’assistés. J’aimerais bien payer un peu moins d’impôts, quand même. Je suis donc de droite.

J’aime Houellebecq, Céline, Drieu la Rochelle. Je serais d’extrême droite.

J’aime aussi Sartre. Je suis donc communiste.

Parmi mes meilleurs souvenirs d’enfance figurent les JT de Bruno Masure. J’étais déjà de gauche.

Parmi ces souvenirs, il y a aussi les émissions de Collaro (même pas honte), les matches de foot commentés par Roland et Larqué (même pas honte), les sketches de Michel Leeb (un tout petit peu honte). J’étais déjà de droite.

Je suis très attaché au respect des règles de la République. Aux règles de façon générale. J’aimerais qu’on applique le code pénal à la lettre. Je crois que respecter les règles, c’est être digne de la République dans laquelle on vit. Je suis de droite.

J’ai doublé par la droite. Je suis de gauche.

Une citation de Jean-Luc Godard se glisse dans cet article, faisant de moi un blogueur intello de gauche.

J’adore, j’adore mille fois le sketch de Bigard, La Chauve-souris. « Bon, admettons ». Je suis un blogueur populo de droite.

Dans mon métier, je suis conservateur. Ma pédagogie est assez transmissive, je l’assume et le revendique ; mes règles de classes sont à l’ancienne. Je ne pense pas qu’avoir mis l’élève au centre des apprentissages ait été une bonne chose. Un élève qui a des difficultés familiales n’a pas davantage le droit de se tromper ou de faire chier le monde qu’un autre. Je suis très conservateur, voire réactionnaire. Je suis très de droite.

Dans mon métier, je trouve que nous ne sommes pas assez. Il faut recruter des enseignants. Payer des enseignants n’est pas une dépense, c’est un investissement. Je suis donc de gauche.

Dans mon métier, il y a un paquet de planqués, de glandeurs. De nombreux enseignants sont des tire-au-flanc. Je pense qu’il faudrait les virer. Je suis contre la sécurité de l’emploi. Pour penser cela, je dois être de droite.

Oui mais je considère l’instruction comme le meilleur vecteur de réussite sociale. J’y crois. Je voudrais qu’à niveau égal, tout individu ait les mêmes chances. Je crois au mérite. Je voudrais que mes enfants réussissent par l’effort et non par l’argent. Je suis républicain. De gauche.

Que les chefs d’entreprise qui créent de l’emploi et donc de la richesse soient bien payés, très bien payés, ne me choque pas. Au contraire. Je trouve normal, sain, rationnel et juste que le patron vertueux gagne mieux sa vie que l’employé, aussi vertueux soit-il. J’admire l’entreprise, j’admire les entrepreneurs. Alléger les charges patronales ne me paraît pas aberrant. Tiens, je suis de droite !

Oui mais il y a tous ces patrons voyous…Et qu’un balayeur des rues touche le même salaire que moi ne me choque pas. Tiens, je suis de gauche.

Voilà.

Sinon, le truc que mon fils voulait me montrer, à droite là, ben c’était un panneau de signalisation routière. C’est son nouveau dada, les panneaux de signalisation, il voudrait nous en planter un peu partout dans la maison pour ne plus qu’on se rentre dedans. Ce panneau indiquait une interdiction de tourner. Mais alors, de quel côté, ça, j’ai complètement oublié. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les élections au CE2 – Blog de Papa Lion

Urne blog de Papa Lion

Son programme est simplissime, qu’on vote pour lui puisqu’il est poli, sage et qu’il respecte les adultes. Ca peut prêter à sourire et j’avoue me tordre de rire et de plaisir en voyant son affiche. Je fais chauffer la photocopieuse pour la campagne électorale mais c’est inutile: cette campagne, elle est qu’orale, m’explique-t-il.

Puis je réalise qu’une personnalité politique polie, sage et qui respecte les adultes, on n’en a jamais vue. Quel génie. Alors je soutiens sa campagne en mettant mon petit QI au service de son petit QG. Si j’étais en CE2, je voterais pour lui, lui dis-je. Il lève les yeux au ciel : non Papa, il faudrait que tu votes pour Anna. Mais pourquoi ? Parce qu’elle était déjà députée au CE1.

Bon je m’énerve et je lui explique qu’on voit toujours les mêmes en politique et qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre et que le changement ce ne sera décidément jamais pour maintenant si on ne confie pas les responsabilités à des petits gars polis, sages et qui respectent les adultes mais je lis dans son regard quelque chose du goût de « je vous demande de vous arrêter » alors j’arrête. Je reprends un peu quand j’apprends que lui-même ne votera pas pour lui-même. « Mais tu voteras pour qui banane ? – Ben pour Eliott, parce que lui personne ne le connaît et il risque de finir bredouille. »

La semaine passe et la campagne électorale aussi. J’imagine la campagne électorale de Grand Frère Lion, je pense très fort à Edouard Balladur dans le métro parisien. Je suis en 1993.

C’est vendredi et nous y sommes. Mon fils n’a pas l’air particulièrement nerveux. Il enfile un jogging, je trouve ça classe et inédit.

Et puis comme c’est vendredi nous nous disons au revoir à l’école le matin, un au revoir de sept jours, ceux-là qu’on se promet de faire passer mais qui ont du mal à passer et qui font paraître bien lourde la grande porte en métal. « Clang », je pars en courant me cacher dans ma voiture. Avant cela la bonne humeur est un peu exagérée dans la voiture et je suppose que les enfants comprennent que quand la musique est encore plus forte que d’habitude, qu’on monte sur les chaises et que Papa regarde beaucoup le rétroviseur, c’est que c’est vendredi dans ma tête.

La soirée électorale bat son plein mais mon député en herbe est chez sa maman. J’appelle. « Bon alors coco t’es député ? ».

Ben non, il n’est pas député. Pas dépité non plus, plutôt l’air de s’en foutre. Il se dit toutefois étonné de ne pas avoir été élu, en toute humilité. Anna a été élue avec quatre voix. Mon fils n’en a obtenu qu’une.

« C’est bien, t’as un copain qui a voté pour toi. »

Non plus, parce qu’il a finalement voté pour lui-même. Dans un éclair de lucidité façon BVA Harris , Grand Frère Lion m’informe que personne d’autre n’a voté pour lui, du coup.

J’ai envie de lui dire qu’ils sont tous cons, qu’Anna est corrompue, que la France va mal. Pour ne pas l’embarrasser je me contente de l’embrasser puis je raccroche en me félicitant d’avoir un petit bonhomme poli, sage et qui respecte les adultes.